Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Pourquoi nous ne vous recommanderons pas de cures de jus detox.

Le printemps arrive et si l’on ne le sent pas particulièrement avec la pluie ou les 9°C, les magazines sont là pour nous le rappeler. En 2016, la presse féminine ne nous parlera plus de « régime », de « perdre 3 kg avant l’été » car tout ça, c’est dépassé. On nous parlera plutôt de nous « détoxifier » en mangeant plus sainement. À priori, c’est plutôt bon signe sauf que la tendance est encore et toujours aux cures de jus. Boostée par des stars et des instagrameuses profs de yoga qui font des cabrioles sur la plage, cette tendance n’a pas l’air de faiblir. D’ailleurs, les bars à jus fleurissent un peu partout en nous promettant monts et merveilles. Petits slips que nous sommes, on a testé la cure de jus detox pendant trois jours. Nous ne citerons pas la marque parce que nous sommes polis, que ça nous a coûté une blinde et qu’au vu des promesses, elles se ressemblent toutes (même machine de pressage de jus à froid, mêmes produits bio et grosso modo les mêmes recettes).

shutterstock_313763342

Les promesses

On nous promet de nous sentir plus léger, d’avoir un plus joli teint, et de nous sentir revigoré. On ne nous promet pas particulièrement de perdre du poids, on nous parle plutôt d’équilibre, d’un regain d’énergie et certains poussent même à dire que l’on se sentirait plus vivant au terme d’une cure. Nous avions bien envie de nous sentir plus vivant, pour voir.

La puissance du marketing

Notre menu pour trois repas et deux encas tiennent dans quelques bouteilles transparentes et force est de constater que les jus ont bon goût. On a réellement la sensation de faire du bien à notre corps en buvant ces mélanges de fruits, de légumes et de laits végétaux. Il y a aussi un petit côté chic dans le fait de boire des jus au packaging sympathique, vous êtes d’ailleurs « à ça » de poster un selfie sur instagram en vous essayant à une position de yoga.

Les effets secondaires

Dès le premier jour et tout juste après le sentiment de fierté (évoqué au-dessus), nous avons ressenti la faim puis et le regard réprobateur de nos collègues qui entendent notre ventre grogner. Plus tard, la nausée. Avantage : la faim nous laisse tranquille, éclipsée par une envie de vomir. Une journée sympathique en somme, autant vous dire que la cure commençait mal. Le lendemain et les jours qui suivirent, nous avons quelque peu adapté ce régime à nos besoins en entrecoupant nos « repas » de bananes.

La vie en communauté

Là encore, rien n’est simple. Outre nos amis qui nous jugent en haussant les yeux à chaque gorgée de jus, il nous sera plutôt compliqué de partager un repas avec un ami qui ne traverse pas le même supplice. Le revers de la médaille : nous sentir super léger après la pause déj tandis que nos collègues sont toujours en train de digérer leur chili con carne. Nos amis nous proposent d’aller boire des coups et là encore, vous ne pourrez point. Car outre les maux de tête et la gerbasse, nous avons ressenti une grande fatigue jusqu’à la fin de notre cure.

« Je te l’avais bien dit »

Là où les marques excellent, c’est qu’elles vous ont prévenu ! Bien-sûr que vous allez vous sentir MAL, tout simplement parce que votre corps, perverti à la bière et aux burgers, va rejeter toute cette délicieuse nourriture saine que vous lui imposez. Il va lutter et vous faire souffrir jusqu’à ce qu’il s’y habitue (jamais, en ce qui nous concerne). D’ailleurs, certaines marques vont jusqu’à nous suggérer de réaliser cette cure pendant nos vacances car ces dernières peuvent entrainer de légers coups de mou. En voilà une bonne raison de poser nos RTT.

Conclusion

Evidemment, notre constat est sans appel, on ne recommande pas les cures de jus. On tient tout de même à préciser qu’il y a de fortes chances pour que le corps ayant servi à l’expérience soit plutôt habitué à la raclette et à deux heures de sport hebdomadaire (contraint et forcé). Le cobaye ne fait ni yoga, ni méditation et s’est depuis réconcilié avec son corps en lui offrant un formidable couscous.

N’hésitez pas cependant à partager ici vos expériences !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Newsletter inspirante

Articles pour vous

Newsletter inspirante

À découvrir