Couverture-Blog 1921x843
CouverturePortraitSite

Un miel transhumant et saisonnier

En France, nous consommons chaque année environ 45 000 tonnes de miel. Un secteur qui fait le buzz, puisque le métier d’apiculteur séduit en 2020 plus de 71 000 personnes. Soit 14% de plus qu’en 2019. Pourtant, une partie du miel vendu en France fait l’objet de fraudes, notamment par ajout de sucre. Certains apiculteurs n’hésitent pas non plus à mélanger leur miel avec ceux importés de l’étranger.

Pour ce sixième épisode de Racines, nous nous sommes interrogés sur le miel artisanal, pourquoi la production est menacée et ce que signifie la notion de terroir dans l’apiculture. 

Galerie-Photos-miel de rémy glaise

Crédits photo @ Agence Cru

Chez Rémy Glaise

Rémy nous a accueilli dans la ferme de ses grands-parents, pour nous faire découvrir sa miellerie et nous faire goûter quelques miels.

C’est à Pommier de Beaurepaire que ce professeur d’anglais à temps partiel, a choisi de se lancer dans l’aventure de l’apiculture en 2013, avec comme objectif : produire un miel artisanal, transhumant et de saison. Et c’est en traitant ses colonies avec respect et en travaillant à la main, que Rémy peut proposer à ses clients un miel pur, naturel, de qualité, simplement fabriqué par ses abeilles. Enfin, l’apiculteur met un point d’honneur à choisir des ruchers loin de grands axes routiers et proches de cultures régulant l’utilisation des pesticides, pour proposer un miel le plus propre possible ! 

Et si la plupart des ruches de Rémy se trouvent à la campagne, l’apiculteur en installe également en ville pour des entreprises. Des ruches urbaines, créatrices de lien, et qui préservent la biodiversité

Retrouvez tous nos épisodes