Peclers futur

Peclers Paris décrypte l’alimentation du futur

« La gastronomie est l’art d’utiliser la nourriture pour créer le bonheur ». Avez-vous déjà lu une citation plus vraie que celle-ci ? Théodore Zeldin a trouvé les mots justes pour définir la passion humaine et l’engouement des Hommes pour le plaisir de bien manger. Bye bye l’époque pendant laquelle manger était uniquement un besoin physiologique, aujourd’hui ce bonheur se traduit de différentes manières et notamment par le bien-être.

Peclers Paris a récemment décrypté les nouveaux phénomènes culinaires et alimentaires qui mettent la nourriture et notre corps en symbiose. Nous souhaitions partager avec vous leur synthèse que nous trouvons très intéressante et tout à fait en phase avec notre vision et nos convictions.

Depuis toujours, manger est un besoin physiologique et une préoccupation universelle. Aujourd’hui, nous faisons face à de nouveaux modes de consommation liés à différents facteurs comme l’omniprésence de la technologie, la protection de l’environnement, la préoccupation de la santé ou encore l’affirmation de son identité. Exit le superficiel ! On observe une volonté de retour aux sources et à une consommation locavore pour assurer un certain bien-être, vecteur d’épanouissement social.

L’éthique, la transparence et la traçabilité des aliments présents dans le commerce aujourd’hui sont plus que jamais nécessaires. La responsabilité sociétale des acteurs agroalimentaires est alors valorisée et passée au crible. Ces derniers doivent donc s’adapter à ces tendances culinaires et sociétales en proposant des produits adéquats.

De nouveaux régimes hédonistes

NoGlu

© AventureDeco

On ne compte plus le nombre de livres de régime basés sur la privation. Pas de viande, pas de sucre, pas de gras (pas de chocolat), bref, pas grand chose quoi. Et parce que manger devrait rimer avec plaisir, des nutritionnistes proposent des solutions sans restrictions. Avouons-nous que manger est une des bonnes choses de la vie. Qui ne s’est jamais senti réconforté par un bon plat après une journée chaotique ? Rhiannon Lambert, nutritionniste britannique prône dans son livre Re-Nourish, une « detox indulgente », basée sur un régime qui « offre plaisir, énergie et bonheur à la fois pour corps mais aussi pour l’esprit ». Et oui, les intolérants au gluten peuvent manger de façon gourmande ! Le café-restaurant-pâtisserie NoGlu propose un menu « gourmet sans gluten », idéal pour ceux qui veulent écarter le gluten de leur métabolisme tout en se régalant.

Les plats qui réconcilient corps et esprit

açaï

Il paraîtrait que notre état émotionnel se reflèterait sur notre corps. Autrement dit, il est important de savoir écouter son corps et ses besoins pour manger en conséquence et de façon « consciente ». C’est ce qu’explique Ana Moreno dans « Comer con Mindfulness » qui présente l’intérêt de faire attention à tous les moments de consommation, de l’achat à a digestion. Si vous êtes des globe-trotteurs, je sais à quel point vous redoutez l’étape « repas » dans l’avion. Oubliez les pâtes sans goût, ce poulet sec que vous n’avez jamais pu terminer. La compagnie Monarch Airlines traite ses passagers comme des rois ! Au menu durant ce vol, le premier « mood food », un menu où les aliments sont expressément choisis pour combattre le stress en vol. Rangez votre Xanax !

On privilégie donc les aliments aux effets positifs sur notre santé. La marque de jus de fruits Mental Clarity Juice Arepa offre des boissons aux ingrédients soigneusement sélectionnés pour leurs vertus relaxantes et revigorantes qui soulagent les tensions et la fatigue cérébrale. Sans oublier la superfood et ses « pouvoirs magiques » sur notre santé comme l’açaï qui, selon les indigènes d’Amazonie, préviendrait tous les maux, ou encore le maca pour booster votre libido !

A la recherche d’une expérience culinaire

chef's table

© Marcus Wareing

Désormais, nous sommes à la recherche d’une expérience intime et sensorielle liée à la nourriture. On rentre alors dans l’intimité des chefs internationaux avec la série Netflix Chef’s Table qui nous fait découvrir leur univers et nous fait partager leur expérience et leurs inspirations. Aujourd’hui manger ce n’est plus seulement avec le goût ou l’odorat. On déguste avec les yeux pour l’esthétisme, mais aussi avec les oreilles grâce à l’ASMR qui permettrait de déclencher des sensations sur le consommateur (chez moi c’est du dégoût…).

La science au service de notre bien-être

Squirrel Restaurant

© Squirrel Restaurant

La technologie se met désormais au service de la food pour assurer notre bonne santé. Les innovations aujourd’hui permettent de personnaliser notre consommation en fonction des besoins de chaque métabolisme. De l’utilisation de notre ADN pour calculer les aliments qui nous correspondent le plus, jusqu’aux applications qui analysent notre salive pour nous fournir des recommandations alimentaires, la technologie est bel et bien à notre service pour nous aider à mieux manger. Et cette méthode d’analyse, on vous en parlait déjà il y a quelque temps, il s’agit du quantified self. Bienvenue dans le futur.

Manger rapidement mais sainement

eatsa

© Eatsa

Vous avez envie de manger sur le pouce ? Y’a les fast-foods. Vous voulez être servis rapidement ? Encore les fast-foods. Lorsque l’on voit que 20% salariés français se tournent vers la restauration rapide pour déjeuner, tout en tenant compte des nouvelles aspirations, il est évident qu’il y avait une opportunité à saisir. Et c’est ce qu’à fait Eatsa, une enseigne californienne vegan & high-tech qui livre des salades en 90 sec (autrement dit quasiment instantanément) dans des sas prévus à cet effet. Aussi, face à la prise de conscience de notre impact sur l’environnement, pour lutter contre le gaspillage et dans une démarche 0 waste, l’application Waitrose affiche des recommandations de recettes personnalisées. En surveillant l’historique par le biais du programme de fidélisation, l’application anticipe les besoins de chacun.

Technologie, transparence & traçabilité

Blockchain

© Food Business News

Vache folle, viande de cheval, ou plus récemment Lactalis : le secteur de l’agro alimentaire est fréquemment ponctué de crises sanitaires. Bienvenue dans un monde où des microscapteurs biodégradables et des emballages intelligents viendront surveiller toutes les variations de température lors de la livraison, ou encore informeront le consommateur sur la « consommabilité » d’un produit en fonction de sa date de péremption. Et pour renforcer une meilleure sécurité alimentaire, pourquoi ne pas coupler ces processus avec la blockchain ? Vous savez, ce concept un peu flou, qui permet de sécuriser les échanges grâce à un système de transmission d’information entre utilisateurs eux-même. De quoi optimiser radicalement la sécurité alimentaire et de rassurer les consommateurs.

En conclusion ? Manger c’est la vie. Au sens propre !


Cette synthèse est issue du Manifeste #1 PeclersParis – Les nouveaux phénomènes Food décryptés, premier volet d’analyse de l’agence Peclers Paris.

PeclersParis conseille depuis 1970 les sociétés les plus performantes en France et dans le monde pour définir et mettre en œuvre leurs stratégies de marque, de style, d’innovation et de développement de nouveaux produits.

 


Pas de commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest