Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Retour sur Solyles, l’initiative culinaire qui a tout compris

Notre chroniqueuse Mariam vous parlait il y a quelque mois de l’ouverture de Solyles, une nouvelle rôtisserie parisienne. Retour sur un concept culinaire qui a su réunir toutes les clés pour un succès assuré.

Dans un article sur les origines de la tendance du monoproduit, j’expliquais notamment qu’aujourd’hui, un restaurant (même avec une excellente cuisine) ne peut survivre à Paris, parmi plus de 13 000 restaurants intra muros, sans un mix marketing et une stratégie de communication aboutie.

Solyles est un joli cas d’école qui réunit l’ensemble des facteurs clés du succès d’un restaurant aujourd’hui :

  • Un concept qui associent plusieurs tendances : le mono-produit, la viande d’exception (des volailles sélectionnées dans la lignée du bœuf de Kobe, du Wagyu ou du pata negra) et le classique revisité (la rôtisserie)
  • La mise en avant de la qualité des produits : des espèces rares ou prestigieuses (Poulet de Bresse, Coucou de Rennes, Geline de Touraine…)
  • La valorisation des techniques et savoir-faire : contisage du poulet, cuisson à la ficelle, un MOF et Toque d’Or parmi les associés…
  • Une offre adaptée au rythme urbain : une carte déclinée en instants (nomade, festif, traditionnel)
  • Une identité visuelle marquante et aboutie : du logo aux différents packaging, en passant par le design du restaurant.
  • Une communication faisant la part belle aux médias sociaux.

solyles-02

logo-badoitLes trois associés ont d’ailleurs mis toutes les chances de leur côté et ont su bien s’entourer puisqu’ils ont participé à l’édition annuelle de la Bourse de la Création Badoit et qu’ils ont remporté le 2ème prix, aux côtés de l’ancien Top Chef Steven Ramon qui a remporté le premier. Le jury a notamment sélectionné ce restaurant pour son concept et son grand potentiel. Les 3 entrepreneurs peuvent ainsi bénéficier d’un an d’approvisionnement Badoit et Evian, d’une formation courte dans les métiers de la restauration, d’un Master Classe eau par Thierry Marx…

Outre les dotations matérielles (entre autre un iPad avec support adapté pour restaurant et 1 an de Myfourchette Pro), l’intérêt de ce prix est avant tout la possibilité de travailler sur la pérennité de leur concept, à travers une formation courte en cuisine et en gestion, avec l’oeil extérieur d’interlocuteurs différents et spécialisés. Les créateurs du concept et l’équipe projet de la Bourse de la Création Badoit ont d’ores et déjà identifié des axes à perfectionner ensemble pour donner au lieu un nouvel essor et faire en sorte qu’il dure le plus longtemps possible.

On souhaite donc bonne chance aux trois associés de cette belle enseigne !

— article Sponsorisé réalisé en partenariat avec Badoit —

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Newsletter inspirante

Articles pour vous

Newsletter inspirante

À découvrir